Vidéos

Bande annonce « Mondo Plympton »

Liste des films (compilation de courts métrages) :
How To Make Love To A Woman (95), Your Face (87), How To Kiss (89), 25 Ways To Quit Smoking (89), Dance All Day (92), Push Comes To Shove (92), Faded Roads (94), Nosehair (94), The Exciting Life Of A Tree (98), Surprise Cinema (99), Sex & Violence (97).

LA PRESSE :

« Concentré de ses meilleurs courts, Mondo Plympton reflète une créativité insensée. Bill Plympton a des tas d’idées en pagaille et un bel énervement communicatif contre les préjugés de ses contemporains, surtout quand ils sont américains. »
Première

« Un florilège, bête, méchant et surréaliste de courts métrages de Bill Plympton, président des États zarbis et auteur de dessins animés pour adultes le plus impolitiquement correct des États-Unis. »
Les Inrockuptibles

« Des courts métrages d’animation au ton joyeusement subversif, dans lesquels Bill Plympton façonne à la main des petits Mickey pas du tout normés. Le tout nimbé d’une aura underground dont se font l’écho les nouvelles stars du genre, Matt Groening (Les Simpson), Mike Judge (Beavis&Butterhead), Parker et Stone (South Park). »
Télérama

« Un régal d’amusement et d’ironie, signé par un homme de génie. On rit beaucoup, et soudain vient l’envie furieuse de fermer les salles de cinéma pour ne laisser ouverte que celle qui projette ce Mondo Plympton. Vision obligatoire. »
L’Express

« Bill Plympton se reconnaît deux maîtres : Robert Crumb et Roland Topor. A l’un, il emprunte une manière très américaine de pervertir les conventions érotiques ; à l’autre une agressivité iconoclaste. »
Le Monde

« Attention : génie… Fils spirituel de Magritte et de Tex Avery, Bill Plympton est l’un des plus brillants cinéastes d’animation contemporains. Le réalisateur brille de mille feux surréalistes et enchante grâce à son imaginaire visuel, son coup de crayon inimitable, son goût pour les associations d’idées saugrenues. Une merveille ! »
Le Point

« Le trait simple, épuré et le ton ravageur font de ces petits films des bijoux d’humour noir. Plympton, génie de l’animation à ne pas manquer, nous entraîne dans un univers délirant. »
Studio

« Des courts métrages qui permettent d’apprécier le génie graphique de Plympton, l’un des plus impressionnants depuis Tex Avery. Sa vision de l’Amérique est d’une hilarante férocité. »
Les Cahiers du Cinéma

« Chaînon manquant entre Tex Avery et Russ Meyer, Bill Plympton et son cinéma d’animation survolté de retour avec une compil nickel. »
Nova Mag

« Une compilation de courts métrages du pape de l’animation outrancière, gore et cul, surréaliste. »
Mad Movies

« Les mille et un délires de Bill Plympton, surnommé à juste titre le nouveau Tex Avery américain. Pour ne pas rire, il faut vraiment avoir la bouche cousue. »
Rock&Folk

 

———-  DISPONIBLE EN DVD  ———-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s